Vous êtes ici : Accueil >> Découvrir >> Un peu de Biologie  
 

 
Un peu de biologie...

Les insectes si différents de nous qu'on dirait des extra-terrestres. Et pourtant, il étaient déjà sur Terre bien avant que nous y mettions les pieds...!
 Mais étudions leur fonctionnement d'un peu plus près : 

Un squelette, oui mais à l'extérieur !

    Tâtez vos bras, vos mollets, et si vous avez le courage, ceux de Myrza (le caniche de la voisine). Vous sentez des os, mais aussi de la peau et d'autres organes qui les recouvrent. En effet, comme les oiseaux, les reptiles, les poissons et les mammifères (dont nous faisons partie), nous possédons un squelette interne. Cela signifie que notre squelette est comme une charpente à l'intérieur de notre organisme, et que les organes viennent se fixer dessus (un peu comme les morceaux de viande autour d'une brochette).

   Mais chez les insectes, tout est très différent! Ils possèdent un squelette externe. Imaginez une boite de conserve, ou bien une armure de chevalier dans laquelle baigneraient tous les organes, un peu comme une bouillie avec seulement les muscles qui seraient fixés sur les parois internes.
  C'est un peu dégoûtant! Mais c'est également très pratique, car cela leur permet d'être très bien protégés contre les chocs, les attaques de prédateurs, les pertes d'eau...

   Seulement, cela impose aussi des limites : les insectes ne pourraient pas grandir jusqu'à des tailles de plusieurs mètres comme on le prétend souvent dans les films d'horreur car dans leur "boîte de conserve" ils seraient écrasés sous leur propre poids! 
Et puis, cela complique également les choses dès qu'il s'agit de grandir...

Pour grandir, changez de peau

    En effet, vivre caché dans une armure a beau être très rassurant, cela devient vite gênant si vous voulez devenir plus grand!  Car une fois solidifiée, l'armure ne va pas grandir en même temps que vous... C'est le problème auquel sont confrontés tous les insectes juvéniles (ceux qui ne sont pas encore adultes).
    La solution est très simple à dire : il suffit de changer d'armure de temps en temps. Mais c'est une manœuvre très compliquée, dont nous n'expliquerons ici que le principe. A l'intérieur de son armure, entre chaque mue, l'insecte juvénile prépare en grand secret son nouveau squelette en vue de la prochaine mue. Mais cela pose un problème ( de taille! :op ) : comment construire, à l'intérieur même d'une armure, une nouvelle armure plus grande que la première?
   
La solution, c'est celle des serviettes en papier : pliées, elles prennent beaucoup moins d'espace que dépliées. Et bien, les insectes utilisent le même principe. Ils fabriquent en secret, sous leur épaisse carapace, une nouvelle armure plus grande mais surtout toute plissée... pour prendre moins de place!
   Au moment de la mue, la vieille armure craque au niveau du thorax, et l'insecte en sort dans sa nouvelle carapace encore molle et toute fripée. Vite, il envoie alors du sang sous haute pression dans tous les plis pour les défroisser avant que le squelette sèche.





Demoiselle changeant d'exosquelette. On distingue sur sa nouvelle "armure" les ailes, qui sont encore fripées : c'est ce qui leur permettait de rentrer sous l'exosquelettedu stade précédent, trop petit pour les contenir une fois déployées. La demoiselle n'a plus qu'à envoyer du sang sous haute pression dans les ailes pour les déplier.

 

Des centaines de tubas!

    Mais comment les insectes font-ils pour respirer puisqu'ils n'ont pas de poumons?
    En fait, les insectes font circuler l'air dans leur corps au travers de très petits tuyaux : les trachées. Regardons cela d'un peu plus près : on peut voir sur les côtés d'un insecte une dizaine de petits trous que les entomologistes appellent les stigmates (sur la photo ci-contre, ce sont les ronds noirs entourés de blanc : n'hésitez pas à cliquer pour agrandir). Ces trous qui donnent directement sur l'air extérieur peuvent s'ouvrir ou se fermer à volonté. Ce sont les portes des trachées, des tuyaux d'abord larges qui s'affinent et se ramifient en s'enfoncant dans le corps, et qui conduisent l'air directement au organes. 
     Mais me direz-vous, les tuyaux seuls ne suffisent pas : il faut aussi une pompe pour que l'air circule. C'est juste, et les insectes utilisent plusieurs systèmes différents. Certains possèdent à l'entrée des trachées un anneau de petits muscles qui compriment les tuyaux pour y pulser l'air. D'autres effectuent simplement des mouvements de l'abdomen fréquents et répétés, un peu comme un hochet. C'est très visible chez les guêpes qui donnent l'impression de haleter en permanence (la prochaîne fois qu'une guêpe se pose sur la table, regardez bien comme elle respire juste avant de recevoir un coup de fourchette)

Le sang bleu des insectes

    Les insectes ne possèdent pas de véritable "système sanguin". Le sang baigne presque tout le corps, il n'est pas contenu dans des veines ou des artères comme chez nous. Une seule grosse "veine" dorsale aspire le sang à l'avant et le rejette à l'arrière pour le faire circuler. 
     Cependant, même si le sang ne transporte pas l'oxygène, il sert quand même de "véhicule" aux aliments que l'insecte a absorbé.


------------------   Bingo !   ------------------

C'est justement parce que le sang des insectes ne contient pas de globules rouges... qu'il n'est pas rouge! Le plus souvent, vous remarquerez que ce sang est jaune, vert ou bleu...

 
     
 

A propos de Microcox | Crédits | L'Actu nature | Pour les Webmasters | Forum (SITE EXTERNE) | FAQ (SITE EXTERNE)

Attention, vous allez vous mouiller la souris!


© Copyright Microcox 2001-2006. www.microcox.net  - site personnel d'initiation à l'entomologie.
Les textes et leurs illustrations sont la propriété des auteurs et collaborateurs du site. 
La copie des clichés portant un copyright n'est pas autorisée : contacter directement leurs auteurs. 
La copie dans un cadre éducatif des clichés sans copyright et des textes est encouragée sous réserve de mention claire de la source.